Sélection de la langue

Recherche

Table ronde sur la diversité : La carrière des Noir.e.s compte!

Description : La carrière des Noir.e.s compte! Découvrez les possibilités et les réalités propres aux employés noirs ainsi que les défis auxquels ils font face en matière d'avancement professionnel en écoutant des hauts dirigeants noirs d'EDSC partager leurs expériences.

Date : 23 novembre 2020

Durée : 01:28:31

Résolution : 1080p


Transcription

Aissatou Keita qui s'exprime

Bonjour. Bienvenue au premier événement national aujourd'hui pour les employés Noirs d'EDSC intitulé La Carrière des Noirs compte. Je suis Aissatou Keita. Je suis présentement en affectation avec le Collège. Je serai la maîtresse de cérémonie de l'événement d'aujourd'hui. Je vous salue tous de la belle ville de Montréal. L'événement sera bilingue alors que les services de traduction simultanée furent planifiés avant le début de notre session. Je désire commencer en reconnaissant que je vous adresse la parole à partir d'un territoire traditionnel non cédé des peuples algonquiens. Pour ceux et celles se joignant à nous à travers le pays via WebEx, WebCast, je souhaite aussi reconnaître que vous vous retrouvez également sur des territoires traditionnels non cédés et des traités avec de nombreux peuples autochtones. De plus, je désire souligner l'excellent travail accompli par le Collège@EDSC et pour leur soutien incroyable envers cet événement. En outre, je souhaite reconnaître le travail réalisé par Réseau d'ambassadeurs anti-racisme. Ce réseau vise à appuyer les efforts en cours au sein de la fonction publique qui enrayent le racisme systémique à l'aide d'une perspective intersectionnelle. Ils ont créé un logo que vous pouvez voir derrière moi. Or, cette main signifie de mettre fin au racisme. Les différentes couleurs représentent la famille humaine comprenant toute sa diversité raciale. Et enfin, en dernier lieu et non le moindre, je désire reconnaître le courage et la force requis pour que tous ces conférenciers invités viennent s'exprimer devant nous sur ce sujet sensible et important. Je vous promets que je ne m'exprimerai pas trop longtemps aujourd'hui. Toutefois, je suis très enthousiaste de vous rencontrer virtuellement. Aux participants Noirs qui écoutent ce message, je veux que vous sachiez que vous êtes importants et que votre carrière compte. Je peux m'exprimer pour moi-même et possiblement pour certains parmi vous. Il est tentant d'abandonner lorsque nous affrontons l'adversité mais il y a toujours espoir pour un lendemain meilleur. Je suis rassurée par les discussions qui ont lieu dans notre milieu de travail et dans notre société en général à l'égard d'étapes concrètes qui doivent être prises pour aborder le racisme et la discrimination en milieu de travail. La discussion d'aujourd'hui en est un exemple. En écoutant nos panélistes invités nous raconter leurs parcours à EDSC, j'espère que vous retiendrez qu'il n'existe pas une porte unique menant au succès mais plutôt de nombreuses à explorer – maintenant et plus que jamais. Pour les alliés et les futurs alliés présents avec nous aujourd'hui, je vous remercie pour votre temps. Continuez de nous aider lors de notre parcours. Nous sommes ici pour apprendre les uns des autres. Il est important de reconnaître que ce projet fait partie de plusieurs étapes menant à un EDSC plus inclusif. Je crois que tous les employés Noirs méritent une opportunité égale pour réussir. Je suis consciente que nous ne pouvons pas réussir seuls. Nous avons des invités spéciaux réunis ici avec nous aujourd'hui qui partageront leurs expériences vécues dans l'espoir de vous inspirer à continuer de réclamer ce que vous souhaitez et ce dont vous croyez tout en luttant pour un environnement meilleur et plus sécuritaire pour les personnes Noires. Je ne sais pas où vous vous situez en lien avec votre parcours de mieux-être, mais si je peux trouver le cadre pour rejoindre seulement un pourcent, je crois que j'aurai atteint mon but. Nous soutenir mutuellement et en agissant avec solidarité nous amènera tranquillement mais sûrement vers un meilleur service public et un meilleur Canada. Il y aura une session de questions et de réponses suivant la discussion du panel qui inclura les questions provenant des participants. Et veuillez SVP vous servir du clavardage se trouvant dans le lien Webdiffusion pour soumettre vos questions. Veuillez SVP identifier le ou la destinataire de vos questions le cas échéant.

Sans plus tarder, permettez-moi de vous présenter notre premier invité le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement Social, l'honorable Ahmed Hussen. D'origine Somalienne, en Afrique de l'EST Le ministre Hussen a immigré au Canada en 1993 et s'est installé à Toronto. Il a commencé sa carrière dans la fonction publique après le collège, travaillant avec le département des services sociaux de Hamilton Wentworth.

En tant que Président National du Congrès canadien de Somali, le Ministre Hussen a déjà collaboré avec les autorités nationale et régionales pour défendre les enjeux importants des Canadiens de descendance Somali. Grâce à son travail de plaidoyer exceptionnel, le Toronto Star a reconnu ce ministre qui fut l'une des dix personnes de Toronto qui avait contribué significativement à la communauté. Il a accepté volontiers d'être parmi nous aujourd'hui et nous sommes reconnaissants qu'il se joint à la discussion. Bienvenue le Ministre Hussen. Nous vous invitons maintenant à prononcer le mot d'ouverture.

Ministre Hussen qui s'exprime

Merci merci Bon après-midi. Je suis heureux d'être ici avec vous aujourd'hui pour prononcer le discours d'ouverture de ce panel de discussion passionnant.

 Je suis heureux d'être ici avec vous aujourd'hui pour prononcer le mot d'ouverture de cette discussion très intéressante. J'ai parlé avec vous en juin lors d'un événement produit par YMAGIN et le réseau des minorités visibles dans lequel nous avons discuté les défis tenaces dont sont confrontés les personnes qui s'identifient comme Noires ou autochtones. Et vous savez, les personnes de couleur... Vous avez dit que c'est un honneur de m'accueillir mais le plaisir est tout à moi.  En tant que membre de la communauté BIPOC, c'est un honneur d'avoir cette discussion avec les employés BIPOC au Ministère d'EDSC dont je crois que c'est l'opportunité de prêcher par l'exemple. Je suis rassuré par le travail en cours à EDSC; pour amplifier les voix, pour les employés Noirs et pour aborder les barrières systémiques au sein de l'organisation. L'évènement d'aujourd'hui est un excellent exemple du progrès accompli et des priorités établies par le Ministère.   Je suis heureux d'apprendre qu'EDSC est en train de concevoir un plan de diversité et d'inclusion dont le but est d'aborder des préoccupations prédominantes qui furent soulevées par les consultations approfondies avec les réseaux de diversité d'EDSC.  
Ces consultations permettront Au ministère de moderniser ses stratégies intérieures afin de devenir une organisation plus inclusive et équitable et diversifiée.
Ces consultations permettront au Ministère de moderniser les stratégies du passé afin de devenir une organisation plus inclusive, équitable et diversifiée. Je suis heureux d'apprendre la formation de la nouvelle équipe de la promotion de l'engagement des Noirs au sein de la DGSRH, la Direction générale des services de ressources humaines, qui a connu beaucoup de succès quant à la création d'un EDSC sûr permettant aux employés Noirs de prendre part à et de partager leurs expériences vécues. Ceci est très important alors que les gens ont besoin de se sentir en sécurité lorsqu'ils abordent leurs inquiétudes et leurs aspirations. Cette équipe a établi des priorités clés pour l'organisation afin d'identifier l'existence de barrières systémiques et à identifier les options pour les aborder. L'événement d'aujourd'hui est conçu pour créer un dialogue, pour lier, mentorer, et à apprendre davantage à propos des défis auxquels ont été confrontés les employés Noirs d'EDSC et qui persistent. Nous sommes privilégiés d'entendre quatre leaders Noirs qui partageront leurs parcours de carrière personnels et qui offriront des conseils afin de vous aider à réaliser votre approche personnelle pour orienter votre carrière et pour créer vos limites professionnels tout en demeurant authentique envers vous-même et ce qui est important pour vous. En tant qu'organisation, l'objectif d'EDSC est de s'assurer que les employés qui viennent travailler au bureau quotidiennement peuvent être eux-mêmes et qu'ils puissent s'épanouir. Merci au Collège@EDSC d'avoir organisé cet événement et pour cette opportunité de m'exprimer et merci également aux panélistes Roxane Lee, Christine McDowell, Tina Walter et Benoit Lymburner pour leurs histoires. J'espère que vous retiendrez les idées importantes de ces leaders et vous inspirer de leurs expériences lors de la prise de vos décisions, de pratiques vous habilitant à remettre en question le statu quo, et à vous exprimer pour atteindre vos objectifs de carrière. Et si vous n'êtes pas confronté aux mêmes défis, comme vous les entendrez aujourd'hui, j'espère que vous comprendrez pleinement l'importance d'être un ambassadeur pour le changement. J'ai toujours dit qu'il n'est pas suffisant pour nous, les Canadiens, d'affirmer individuellement que nous ne sommes pas racistes. Il est important pour chacun parmi nous d'affirmer que nous nous engageons à être un anti-raciste qui est plus actif et impliqué dans chaque situation; que chaque Canadien prenne une décision consciente d'être un allié anti-raciste pour enrayer les barrières systémiques qui retiennent les personnes Noires, autochtones, de couleur d'avancer, de contribuer à nos sociétés et de s'épanouir dans leurs capacités professionnelles et personnelles. Nous aiderons non seulement ces communautés mais nous créerons actuellement un Canada plus fort et plus prospère. Encore fois, un gros merci de votre invitation aujourd'hui.

Aissatou Keita qui s'exprime

Merci pour ces mots de sagesse, M. Hussen. Merci de partager votre expérience. C'est réconfortant de savoir que quelqu'un comme vous dirige les changements que nous avions besoin depuis si longtemps. Au nom d'EDSC, nous vous remercions pour votre engagement à ce projet important et d'être venu discuter avec nous aujourd'hui. Merci de nouveau. Je désire prendre un moment de présenter brièvement mon histoire et comment ce projet est né.

Je suis arrivée au Canada à l'âge de 2 ans.  À très bas âge, j'ai vite été confronté à la réalité du racisme. Durant le secondaire et le collège, j'ai dû apprendre rapidement à naviguer dans un système dans lequel plusieurs individus s'efforçaient de me bloquer les opportunités. Très douée à l'école, on me forçait à croire que j'étais simplement bonne qu'à jouer au   basketball.

Durant mon parcours de l'école secondaire et du CÉGEP, il y avait de nombreuses instances auxquelles l'on voulait me faire comprendre que mon potentiel fut limité. Si je voulais réussir, il fallait que ce soit à travers les moyens non-conventionnels tels que les sports ou les arts. En somme, plusieurs enseignants m'ont dit que je n'avais pas ma place à l'université en tant que personne Noire malgré le fait que mes résultats académiques furent nettement au-dessus de la moyenne. Une partie de ma motivation et de ma résilience proviennent d'un événement en particulier qui s'est produit il y a une dizaine d'années. Un enseignant au secondaire m'avait dit lors d'un désaccord que je ne pouvais pas réussir parce que j'étais Noire. Je lui ai alors répondu : eh bien, je vous reverrai au fil d'arrivée. Le racisme systémique n'est pas nouveau pour moi. Celui-ci est devenu si intense que j'ai intériorisé les messages subliminaux que la société m'envoyait. Toutefois, je fus en mesure de connecter avec mes racines de la Guinée, me rappeler et me souvenir qui je suis réellement. La vérité est que je proviens de combattants et de visionnaires. Je viens d'une famille qui s'est battue pour l'indépendance de la Guinée et de la justice. Ce projet n'est pas différent de ce que mes parents m'ont enseigné : qu'il y a une place pour tout le monde maintenant. L'événement d'aujourd'hui fut rendu possible grâce à deux facteurs: la force des relations avec les alliés et la persévérance. En janvier dernier, j'ai commencé à travailler sur un programme pilote comportant quelques séances de coaching pour les employés Noirs. Je fus un fonctionnaire pendant environ un an et quelques mois. J'ai contacté de nombreuses personnes auxquelles j'ai cru qui pouvaient m'aider. Plusieurs portes auxquelles j'ai cogné sont restées fermées mais d'autres se sont ouvertes. Des discussions constructives sont à l'origine de ma persévérance alors que je fus en mesure de développer davantage mes idées avec de nouveaux alliés. Malheureusement, le Coronavirus est apparu. Bon nombre de ceux qui souhaitaient m'aider avaient maintenant d'autres priorités. Mais vous savez quoi? J'ai poursuivi en peaufinant mes idées, j'ai rédigé des documents plus spécifiques en m'assurant que ma vision et mon objectif étaient clairs. Je n'ai jamais cessé de croire que ce projet aboutirait. Suite à un courriel que j'ai reçu de la Sous-Ministre Adjointe de la DGSRH en lien avec le décès de George Floyd, j'ai décidé de lui envoyer un courriel afin de lui présenter mon projet en tant qu'employée de niveau d'entrée qui correspondait directement avec la Sous-Ministre Adjointe. La SMA y a donné suite avec beaucoup d'enthousiasme et de soutien. Le reste est de l'ancienne histoire. J'ai pris acte de foi pour représenter ma communauté. Bien sûr, la vision initiale a évolué avec le temps. Mais ça nous a conduit jusqu'à ici et je suis ravie et reconnaissante. Je crois que voir c'est croire. Lorsque vous vivez du racisme systémique durant toute votre existence ou une portion de celle-ci, il est difficile de voir la lumière au bout du tunnel. Je comprends, et je vous entends tous. Cependant, c'est la raison que nous sommes réunis aujourd'hui: nous rappeler que grâce aux expériences de nos panélistes et même de la mienne, que le succès est possible. Nous devons le voir pour le croire et le croire pour le saisir.

Je termine avec un proverbe Africain que j'ai dû comprendre très   rapidement, qui dit ceci : "Seul on avance vite, ensemble on avance plus loin".

Maintenant, j'aimerai présenter notre facilitatrice de la discussion. Je vous assure que je ne parlerai pas trop mais Stéphanie Aubourg est une excellente amie. Elle est une agente des ressources humaines au sein d'EDSC. Elle cumule 10 ans de service au sein du gouvernement fédéral, dont sept ans avec l'Agence du revenu du Canada. Elle a continuellement été impliquée consciemment dans tout ce qui lui permet d'offrir ses services aux clients qui est extraordinaire et personnalisé. Elle a animé plusieurs présentations auxquelles elle fut la modératrice lors des réunions mensuelles du Centre de services d'affaires dont le but est de maintenir l'équipe unie malgré la distance causée par le Télétravail. Stéphanie modérera la discussion avec nos invités spéciaux. À vous, Stephanie.

Stéphanie Aubourg qui s'exprime

Permettez-moi de recommencer. Alors que nous nous rassemblons virtuellement pour cet événement aujourd'hui, je désire rappeler aux gens que c'est un endroit sûr et un environnement sécuritaire incitant ainsi les panélistes à partager leurs expériences et leurs histoires. C'est important de reconnaître que nous demandons à nos conférenciers invités d'être vulnérables et à partager des choses qu'ils n'ont peut-être pas partagées auparavant. Pour ces différentes raisons, veuillez SVP être conscient et respectueux que certains commentaires pourraient occasionner certaines émotions. Si tel est le cas, nous vous encourageons à chercher de l'aide au Programme d'aide aux employés, au Réseau des minorités visibles, au Caucus fédéral d'employés Noirs, à l'Équipe d'avancement de l'engagement des Noirs ou au sein du Groupe uni des Noirs. Veuillez SVP noter que les liens menant à ces différents groupes seront partagés avec vous par courriel à la conclusion de l'événement.

Mon nom est Stephanie Aubourg et je suis agent aux services des Ressources humaines ESDC et c'est avec un grand honneur que je suis également votre facilitatrice pour cette première discussion : La carrière des Noirs Compte!

Le sujet de la diversité et de l'inclusion m'a entourée. Je suis assez certaine depuis ma naissance mais à partir de l'âge d'onze ans, je peux consciemment affirmer que je commençais à réaliser qu'est-ce que cela signifiait réellement et comment c'est encore très important aujourd'hui. En 1994, Kathy Beauregard, ma mère, fut la première personne Noire élue au conseil de ville de même que responsable de la sécurité publique. Je savais que c'était grandiose et important. Je savais que c'était dur et différent parce qu'elle était une femme Noire. Mais c'est seulement aujourd'hui que je vois la différence et l'impact. Je dois dire que pour moi, la discussion que nous entretenons aujourd'hui amènera une flamme plus puissante dans mon cœur et me donnera la motivation de continuer d'avancer à ESDC. Aujourd'hui, nous avons l'opportunité d'entendre quelques leaders Noirs qui partageront quelques-unes de leurs expériences vécues ainsi que leurs conseils expliquant comment s'épanouir au sein d'EDSC en tant qu'employés Noirs.

Pourquoi sommes-nous en train d'avoir cette discussion. Certains sont surement en train de se demander. Malgré le fait que le Canada a fait de grandes promotion envers la diversité et l'inclusion Au travers des années. Le racisme systémique demeure toujours présent au sein de plusieurs organisations au pays.

Sachant cela, nous devons aussi nous rappeler qu'il y a un parcours menant au succès et à la victoire qui est à la portée de tous. Aujourd'hui, nous ne résoudrons pas le racisme systémique. Nous savons que du temps et des années sont nécessaires pour observer les résultats de cette discussion. Cependant, consacrer un moment pour apprendre de ceux qui ont réussi avant nous sera un rappel fort utile que le succès est possible et nous guidera dans la bonne direction pour nos aspirations de carrière. Les portes s'ouvrent plus largement aujourd'hui qu'avant Continuons à les pousser plus fort tous ensemble avec nos alliés Qui je crois sont tous ici présent aujourd'hui à l'écoute de cette discussion J'ai souvent entendu que l'union fait à force. C'est même la devise inscrite sur   le drapeau Haïtien. En présence de tous les alliés aujourd'hui, nous deviendrons plus forts ensemble. Chacun parmi nous atteindra son plein potentiel alors que de meilleures choses seront effectuées et accomplies ensemble. Sans plus tarder laissez-moi vous présenter nos panelistes qui ont levé la main très haute à fin de participer à cette table ronde Donc, nous avons Christine McDowell, Sous-Ministre Adjointe de la région de l'Atlantique. Elle est passionnée de la santé mentale de même que la diversité et l'inclusion, et a été la Championne régionale pour la santé mentale et le mieux-être de la région de l'Atlantique et aussi  Championne d'EDSC pour l'analyse basée sur le genre. Nous avons Benoit Lymburner.

Présentement, Directeur Général des programmes dans la région du Québec. Il s'est fait une renommée en aidant plusieurs entreprises québécoises à recruter de nouveaux talents et à développer des marchés tout autour du monde.

Nous avons Roxane Lee, directrice exécutive de la Direction générale des services aux citoyens dans la région de l'Ouest. Avant de devenir cadre, Roxane fut la gestionnaire de service qui a supervisé une équipe multidisciplinaire responsable de l'offre d'emploi des jeunes, le partenariat de l'itinérance, au nouvel horizon pour le programme principal de même que le Fonds d'opportunités pour les personnes avec un handicap. La dernière mais non la moindre des panélistes aujourd'hui, Mme Tina Walter, Directrice des projets spéciaux dans la RCN. Tina est récemment retraitée de la fonction publique. Elle fut toujours passionnée de la diversité et de l'inclusion. Elle a travaillé avec la Ville d'Ottawa pour accroître la représentation des minorités visibles au sein du service de police et a travaillé au sein de différents ministères fédéraux pour cette même raison. Ce que je vous demande, c'est que vous nous racontiez votre parcours au gouvernement du Canada. Brièvement, veuillez SVP nous raconter ce qui est ressorti pour vous durant ces années-là. À vous, Christine.

Christine McDowell qui s'exprime

Excellent Merci Stéphanie. Bonjour tout le monde. Ça me fait plaisir d'être parmi vous aujourd'hui. Moi, j'ai commencé ma carrière à la fonction publique en tant qu'étudiante.

À cette époque, je faisais partie du programme qui fut conçu pour les étudiants Noirs semblable au Programme fédéral d'expérience de travail d'été mais qui fut intitulé le Programme de stages pour les étudiants Noirs dont le but fut d'aider les étudiants Noirs à intégrer éventuellement la fonction publique. L'emploi fut en fait affiché et je l'ai obtenu. Je connaissais des gens qui ont pris part à ce programme spécifique auparavant - une de mes anciennes collègues, par exemple. Elle a travaillé dans ce programme pendant qu'elle était étudiante et elle me l'a mentionné. Donc, je fus capable de trouver l'affichage sur le web puis de soumettre ma candidature. Mes premières impressions furent assez positives. Je fus très contente d'obtenir un emploi au sein de la fonction publique.
Vingt-neuf ans maintenant, donc à l'époque c'était quelque chose pour une étudiante noire.
J'ai travaillé durant ma carrière universitaire à titre d'étudiante dans la fonction publique et je fus assez chanceuse. Vous m'entendrez revenir à ce sujet à quelques reprises. Les collègues qui qui étaient Noirs ont travaillé soit par l'entremise du programme étudiant, soit au mentorat et au soutien des étudiants Noirs du programme de stages. De plus, le programme de stages incluait aussi les étudiants autochtones. Ces relations furent très importantes pour moi et je crois qu'elles ont donné le ton à ma carrière durant les vingt-neuf prochaines années.  

Stéphanie Aubourg qui s'exprime

Merci Christine. Je suis curieuse, Roxane. Je suis assez certaine que vos débuts au sein du gouvernement doivent être assez intéressants. Le fait que vous résidez sur la Côte Ouest du Canada... veuillez SVP nous dire si quelque chose est ressortie lors de vos débuts.

Roxane Lee qui s'exprime

Bonjour. Bon matin tout le monde.
Merci beaucoup. Je constate que l'audio est un peu faible donc je m'en excuse mais je suis très heureuse de me joindre à vous, Stephanie.
Merci beaucoup pour cette question. Mon parcours fut un peu différent de celui de Christine. Grandir en Colombie-Britannique, nous avons une population de Noirs très petit ici mais nous sommes très proches. Pour moi, ma mère a travaillé au sein de la fonction publique fédérale. Donc, il y a plusieurs années, dans les années 70, alors que cela s'appelait main d'œuvre ainsi que toutes ses différentes itérations. Et lorsque j'ai gradué de l'université, il y avait un programme de recrutement post secondaire auquel ils recherchaient de nouveaux leaders jeunes pour la fonction publique. Et alors je fus embauchée grâce à la campagne de recrutement post secondaire qui était appelée 44. Je fus très chanceuse, car, lorsque je suis allée à l'entrevue, j'avais un profil en journalisme, et l'intervieweur fut le directeur des communications. Donc, au lieu d'occuper un poste de niveau d'entrée, je fus nommée immédiatement à un poste organisationnel. Comme Christine, au sein de notre service des communications, j'ai eu des mentors très inspirants qui m'ont supportée en cours de route. Lors d'une occasion, j'avais mentionné que j'avais un intérêt pour le leadership. Selon mes impressions de ce Ministère, j'adore ce que nous faisons ici à EDSC. J'aime bien le mandat large du Ministère, mais un des aspects que je constate assez rapidement c'est qu'il n'y a personne qui me ressemble à la table. Et donc NBC, ce n'est pas rare. C'est certain que lorsque j'ai commencé il y a environ vingt ans, j'étais la seule personne Noire dans l'équipe. Lorsque je suis entrée dans la pièce, ce ne fut pas différent au sein de la fonction publique fédérale. Donc, j'ai décidé très tôt que j'étais intéressée au leadership et que je voulais être un leader; la personne assise à cette table afin que d'autres jeunes personnes Noires arrivant au Ministère puissent constater que je suis une patronne. Ils pourraient ainsi dire : Moi aussi, je peux. Donc, je voulais recruter d'autres mentors et j'ai aussi effectué des mutations latérales. Mais encore une fois, j'étais soutenue par des gens extraordinaires qui m'ont aidée à cheminer dans ma carrière.

Stéphanie Aubourg qui s'exprime

Bien. Merci Roxane. Tina. Avez-vous une perspective similaire à celle de Christine et de Roxane en lien avec vos débuts? Je veux dire, étiez-vous aussi la seule personne Noire lorsque vous êtes entrée dans la salle?

Tina Walter qui s'exprime

Bonjour tout le monde. Merci beaucoup pour cette invitation. Et merci beaucoup pour cette question. C'est intéressant car, en réfléchissant, mon expérience fut similaire à celles de Roxane et de Christine à partir de cette perspective. Tôt dans ma carrière, j'avais en fait la perception d'une femme Noire étant désavantagée en raison des propos tenus par quelqu'un par rapport à mes origines. Originaire de la Jamaïque, immigrant au Canada, mais très important, ayant une mère très forte qui nous a dit que provenant d'une culture très forte, vous savez, tant et aussi longtemps que vous travaillez avec acharnement et que vous agissez avec compassion et avec considération envers les autres, vous deviendrez n'importe qui que vous voulez ici. Un bon exemple : lorsque je suis arrivée au gouvernement après que j'eus terminé ma maîtrise à l'Université Western, j'ai déménagée à Ottawa parce que je voulais devenir une fonctionnaire publique. Heureusement, mon but fut d'aboutir à ce que l'on appelait Santé et sport amateur à cette époque car je savais que plusieurs employés travaillant en santé et en sports amateurs ne connaissaient pas grand-chose à propos du sport –  aspect auquel j'avais un avantage indéniable. Donc, c'était mon identité. Nous avons tous de nombreuses identités. Mon identité m'a amenée où je suis maintenant. Et subséquemment, je crois qu'il y avait un programme en particulier qui fut crucial pour mon avancement dans ma carrière : le programme de formation-gestion. Et celui-ci m'avait offert de nombreuses opportunités durant ma carrière dont travailler au sein de différents Ministères, d'apprendre de nouveaux domaines. Ce qui est important pour tous les employés dont moi-même, mais qui est essentiel pour ma carrière, c'est la variété. De plus, j'ai apprécié aussi le soutien que l'on m'offrait - peu importe la couleur de ma peau. Vous obteniez toujours du soutien. C'est ce que je me souviendrai toujours des ressources humaines. Elles constituaient l'avantage du programme de formation de la gestion parce que nous étions considérés comme l'élite. Donc, nous étions assez autonomes étant donné que le budget fut centralisé. Donc, un Ministère pourrait lever la main et s'installer. Je cherchais une personne et les portes s'ouvraient facilement et promptement. Pour moi, je savais que la discrimination systémique affectait le gouvernement. Et celle-ci est parvenue au premier plan lorsque je travaillais au sein du Secrétariat du Conseil du Trésor parce que celui-ci avait consenti 5 millions de dollars annuellement au programme. Je crois que cela encourageait le Ministère à soumettre des propositions pour augmenter la représentativité au sein des quatre groupes d'équité en plus de gérer les barrières culturelles à leur avancement et ainsi de suite. Cependant, il y avait un incident qui s'est produit lorsque je travaillais à Sport Canada qui m'avait rappelé que la saga de Ben Johnson n'est pas encore terminée. Et je ne sais pas si les gens se souviennent de lui. Oui:  Ben Johnson. L'on m'avait demandé d'effectuer un travail de recherche influençant ou soutenant la réponse du gouvernement en Cour. Et ce que j'ai constaté, c'est qu'en raison de cet incident, que bon nombre de Canadiens commençaient à nier le fait que Ben Johnson fut canadien.

Stéphanie Aubourg qui s'exprime

OK. Au moins si je peux retenir cela de vous. Pardon, j'ai perdu mon microphone. Ce que je pourrais retenir c'est que vous aviez une équipe très solide vous permettant de vous affirmer et d'être confortable avec qui vous êtes jusqu'à un certain point. C'est ça que je retiens de ce que vous dites.

Tina Walter qui s'exprime

J'étais en train d'observer une partie. Permettez-moi de vous dire que c'est pour le bien-être de tous. C'est que je perçois mon privilège comme étant la manière dont je fus élevée lorsque j'étais enfant. Donc, oui, je fus entourée de soutien parce que nous avons cela en commun. Par exemple, au début de l'histoire, c'est d'être une athlète – ce qui est très fort. Toutefois, c'est mon opinion. Garder à l'esprit que personne ne peut vous « enfermer dans une boîte ».

Stéphanie Aubourg qui s'exprime

OK Merci Tina.

Benoit vous qui avez de l'expérience dans le secteur privé, provincial et international aussi. Dites-nous quelques mots sur votre impression lors de votre arrivé au sein du Gouvernement fédéral

Benoît Lymburner qui s'exprime

Écoutez, j'ai... Merci tout d'abord de m'avoir invité. Je suis honoré de parler avec vous cette après-midi. Mon expérience, mon impression à mon arrivé au gouvernement fédéral est une très bonne impression. Je crois que...  Ça fait plusieurs années comme l'a, mentionné Stéphanie.  Ayant travaillé plus de vingt-deux ans dans la fonction publique provincial ayant travaillé près d'une douzaine d'années, même plus que ça ... quinzaine d'années à l'international, à l'étranger donc ayant régulièrement à travailler avec des collègues diplomates à l'étranger du gouvernement fédéral donc j'ai suivi l'évolution. J'ai peu apprivoisé la fonction publique fédérale cependant c'est quand même un gros saut de changer il y a maintenant deux ans  et demi à titre de Directeur Général des services aux citoyens C'est une bonne impression d'ailleurs. Je tenais à rentrer aux services aux citoyens puisque je trouvais que ça me ressemblait un peu comme population d'employées et comme population de clients population dump where you become popular on the Kia Carnival this d'engager la conversation pour devenir Directeur Général aux services aux citoyens, J'ai visité certains centre de service Canada pour voir un peu quel était le profil des employés, la clientèle et tout pour que je me sente bien positionné Je sais, j'avais le privilège. Roxane mentionnait à plusieurs tables, parfois on a pas... on ne voit pas de personnes qui ont un background ou un certaine connaissance. Moi j'appelle Privilège. En fait, j'ai eu la chance de travailler avec Christine On était tous les deux Directeurs Généraux sur la table à travers cinq Directeurs Généraux Exceptionnel. Mais cependant ... Je sens important maintenant De se réunir et de discuter d'avoir la  conversation pour faire avancer la fonction publique fédérale et c'est pour ça que nous, les panelistes, les organisateurs, organisatrices, les intervenants Mais vous les participants, les gens qui écoutent Je pense qu'on va contribuer à une meilleure  fonction publique et comme le ministre le disait, plus inclusive avec une belle diversité. Donc, c'est un peu l'impression que j'ai et un peu le devoir que je me donne pour les années à venir parce que je le sais que je suis dans une position tout de même privilégié à titre de Directeur Général Merci !

Stéphanie Aubourg qui s'exprime

Merci Benoît, Merci. Ceci m'amène une autre question comportant toutes les réponses que vous veniez de partager avec nous. Je suis curieuse concernant l'obstacle qui fut le plus significatif en lien avec l'avancement de votre carrière en tant que personne Noire. Mais encore plus important, qu'avez-vous fait pour surmonter ou pour remédier à cet obstacle? Je commence avec vous, Roxane.

Roxane Lee qui s'exprime

Merci beaucoup. Donc, l'un de mes plus gros obstacles que j'ai affrontés lorsque je suis arrivée au Ministère concernait le processus d'embauche lui-même. À l'époque que je fus embauchée, le processus était basé selon le rang. Cela signifiait que c'était très subjectif étant donné que vous étiez classé, disons, entre un et dix. Vous étiez choisi à partir de cette liste. Ce que nous savons, et j'ai un profil en RH aussi, c'est que les embauches s'effectuaient avec des candidats « semblables ». Je ne veux pas que cela soit perçu comme étant un commentaire négatif. Toutefois, nous avons tendance à avoir des affinités avec ceux qui partagent des valeurs similaires aux nôtres. Ceci explique pourquoi ils examinent nos tables de leadership afin d'examiner nos méthodes de travail et de la diversité pour s'assurer qu'elles soient représentatives des personnes que nous desservons. Heureusement, en 2005, nous avons modernisé ces pratiques. À cette époque, je travaillais à titre de chef d'équipe RH. Nous avons adopté le bon modèle. Donc, je sentais que j'avais l'opportunité d'influencer quelques nouveaux gestionnaires potentiels par rapport à l'utilisation du nouveau modèle – pas uniquement en termes de sa compatibilité mais aussi de m'assurer que nous accroissons la diversité. Et pour surmonter certains de ces obstacles, une des choses que l'on m'avait enseigné en tant que femme Noire, particulièrement ici-même en CB, c'est que je devais travailler plus fort que les autres afin d'obtenir ce que mes collègues ou amis pour obtenir leur propre privilège.  J'ai entendu des choses durant ma carrière telles que « oh vous réussirez très bien ici parce que vous êtes Noire et vous êtes une femme ». Et, pour être honnête, je reconnais qu'il y a des cases que j'ai cochées. Personnellement, je suis à l'aise avec cela car à la fin de la journée, ce qui est important pour moi, c'est que je sois assise à la table. Et qu'en est-il de cette table? Je peux me servir de ma voix malgré ces commentaires qui furent assez désobligeants. J'ai simplement adopté l'état d'esprit auquel je tenterai d'aborder ceci du mieux que je pouvais et d'être honnête. Au début, ce fut très difficile de trouver. Ma voix est encore nouvelle lors d'événements de la fonction publique mais en acquérant la maturité, j'ai atteint mon niveau de confort après que mes mentors et leurs autres collègues m'avaient aidée. J'ai surmonté quelques-uns de ces obstacles tout simplement en discutant de moi avec vous. Et tel que mentionné, rechercher ces opportunités pour continuer de me mettre à la table afin que ma voix puisse être entendue aussi. Donc, ce que j'entends de vous est que vous essayez toujours d'être vous-même et d'éviter d'avoir peur aussi.  Exprimez-vous aux autres et dites ce que vous pensez et voici comment surmonter tous vos obstacles. Je dirai certainement que ce sera un parcours d'apprentissage que vous devrez affronter au début, soit celui rempli de nombreuses macroagressions. À cette époque, je ne les ai pas reconnues telles quelles. Donc, je ne me suis pas exprimée. En outre, ce fut l'une des choses que je ne dirai pas. Je le regrette mais je n'avais pas cette confiance. Mais durant ma carrière, j'ai pu discuter avec d'autres leaders, d'autres collègues, d'autres collègues Noirs afin de trouver ma voix. Je souhaite simplement la valider pour vous. Du temps est requis alors qu'il faut parcourir différents chemins pour trouver sa voix. Mais j'encouragerai les gens de la trouver car il est très important que nos voix soient présentes à la table. Si nous nous n'exprimons pas, qui le fera pour nous?

Stéphanie Aubourg qui s'exprime

Bien sûr, merci. Merci Roxane. Benoît, êtes-vous en mesure de mentionner un obstacle que vous auriez surmonté et comment vous vous avez adressé cet obstacle-là.

Benoît Lymburner qui s'exprime

Oui, Stéphanie. En fait, l'obstacle a été toujours en lien avec ce que Roxane mentionnait. C'est de toujours confirmer notre crédibilité Mettre toujours qu'on est à la bonne place, on a le droit d'être là On est la compétence pour exercer ce travail-là Donc c'est toujours l'obstacle auquel depuis mon jeune âge je suis c'est correct. Je l'assume. Ou c'est moins correct c'est de voir que des gens passent avec un profil différent passe à une autre vitesse différente à certains niveaux Souvent, vous parliez tout à l'heure de ma carrière à l'internationale  Souvent, j'avais à ... parfois on remettait un peu en question On confirmait, est-ce qu'une personne avec l'apparence que j'ai  peut être la bonne personne pour aller négocier quelque chose avec un interlocuteur étranger ou avec un autre ministère Je devais toujours justifier et vendre ma candidature parce que j'avais une apparence et parce que je suis ... une partie de ma génétique est noire. Donc à travers le monde, j'ai eu toujours à ... Des fois aussi, j'étais représentant à l'étranger pour le gouvernement du Québec à ce moment-là et, du Canada aussi... Donc toujours avoir ce besoin de confirmer que je suis à la bonne place et que je suis là pour effectuer mon travail Comment j'ai surpassé ça, c'est par le travail Mais aussi beaucoup par mon éducation J'ai eu la chance de m'adresser à la communauté des EX au Xcom de la semaine dernière et un des éléments que je mentionnais c'était ma famille, mes parents ma mère particulièrement qui m'a mentionné, qui m'a élevé que l'excuse raciale doit être la dernière que tu dois évoquer. Donc ce qui fait que je ne pense pas à ça dès le départ donc ça ne me freine pas Je suis conscient que ça arrive. Je pense que ça m'a aidé beaucoup à être très naïf dans ma carrière. Mais c'est beaucoup, beaucoup de travail et j'espère pouvoir en inspirer quelques personnes cet après-midi

Stéphanie Aubourg qui s'exprime

Merci Benoît. Donc si je comprends bien, vous vous dites que vous avez surmonté vos obstacles en travaillant plus fort avec votre éthique dans le fond Donc est-ce-que vous avez dû travailler beaucoup plus fort que vos confrères pour surmonter est-ce-que vous compensiez tout le temps? 

Benoît Lymburner qui s'exprime

Oui je compte toujours le faire. C'est pour ça qu'on est aujourd'hui au panel C'est que même au sein du Gouvernement fédéral et même dans le rôle qu'on joue aujourd'hui et on a des aspirations aussi Donc bien sûre, il faut toujours justifier plus fort notre positionnement au sein de l'organisation. Donc il y a cette compensation-là. Mais heureusement il y a des alliés, il y a des gens qui sont ouverts et c'est surement parmi ceux qui sont là cet après-midi Je tiens à vous remercier à l'avance, mais c'est toujours ce plus-là qui parfois peut-être freiner les candidats et candidates parce que tu vas beaucoup dans le sentis, beaucoup dans le personnel... Dons les gens se disent Non je ne vais pas aller là parce que ça me touche trop Roxane mentionnait tout à l'heure que des fois 'elle a coché la case', Elle est une minorité visible, comme moi je le suis et ça fait partie de la... Je ne suis pas mal à l'aise du tout par rapport à ça, moi non plus Oui, il y a toujours de la compassion. Merci Stéphanie pour demander de la précision.

Stéphanie Aubourg qui s'exprime

Merci, Merci Benoît. Permettez-moi d'aller à Tina pour recueillir ses commentaires aussi. Je suis curieux de savoir quel est l'obstacle le plus significatif que vous aviez surmonté et comment vous l'avez surmonté vous-même?

Tina Walter qui s'exprime

Merci pour la question. Premièrement, permettez-moi de renforcer ce qui est la bonne nouvelle. La bonne nouvelle, c'est qu'en bonne partie, grandissant au sein des gouvernements, je fus bien soutenue. Tel que mentionné plus tôt, grâce au programme de formation de gestion que j'ai trouvé fantastique, j'avais un nombre de coachs qui m'ont soutenue mais il y avait aussi Denise Samuel, SMA, que j'avais rencontrée au gym. C'était durant l'heure du dîner. J'allais au gym. C'était dans la même bâtisse. Je suis toujours en contact avec elle aujourd'hui. Elle avait toujours cru en moi. Elle m'a forcée à prononcer des discours. Je ne peux pas vous dire comment c'est important d'avoir quelqu'un dont vous respectez qui croit en vous. C'est faire preuve d'une foi incroyable. Deux instances dont je me rappelle : l'une actuellement assez drôle qui fut plus facile à gérer que l'autre incident. Donc, lorsque je grandissais au sein du gouvernement, il y avait deux cadres supérieurs qui ont fait des avances sexuelles. J'allais leur répliquer mais j'ai cru bon de demeurer silencieuse. Je ne travaillais pas pour eux. Cependant, c'était sous l'hypothèse que je recherchais un mentor. Je l'ai attribué à mon milieu, à une mère forte, et à ma culture. Pouvez-vous imaginer? Pouvez-vous imaginer que ce fut assez facile pour moi de le gérer? En effet, je lui ai répliqué en l'avertissant de ne pas répéter ce geste envers personne. Et puis si vous recommencez, vous aurez des problèmes. Même si je peux en rire maintenant, ce fut très décourageant puisqu'un des cadres fut un homme Noir. Ce fut en effet bien plus troublant de penser à quoi cette personne a dû surmonter pour devenir directeur-général éventuellement au sein du gouvernement et ainsi de suite, vous savez. Donc, ce fut très décourageant pour moi mais je n'ai pas sollicité de l'aide professionnelle avant l'étape de la résolution de conflits. J'avais découvert que j'avais assez de courage et de force – assez dans moi pour gérer cela moi-même mais je ne dis pas que c'est le cas pour tous. Je n'en fais pas de la promotion. C'est simplement que je me sentais confiante de pouvoir gérer cet incident moi-même sans subir les conséquences au niveau professionnel. Le deuxième incident fut beaucoup plus difficile à gérer. Ce fut la dernière partie de ma carrière alors que je fus cadre. Ce fut l'expérience "d'être placée." Tel que mentionné plus tôt, j'ai placé une boîte dans mes dossiers. Je constate ceci. Cela pourrait être plus important que d'autres dossiers. Les politiques sont sexy. La politique c'est la politique. L'esprit est très important et est très difficile à déprogrammer – peut-être que la programmation l'est beaucoup moins. Donc, l'un de mes dossiers fut assez visible. Donc, le Ministre et le Premier Ministre et tout ce que les gens étaient... Vous savez que mes patrons y accordèrent beaucoup d'attention. Cependant, ils y consacrèrent beaucoup de temps sur les autres dossiers. C'était ma perception; que j'étais « limitée ».  Oui, j'étais cadre. J'avais une équipe mais il y avait quelque chose dont je ne comprends toujours pas, encore aujourd'hui. C'est la question. Moi en tant que bénévole ou être obligée d'effectuer du travail organisationnel - c'est l'un des effets. Je suis moins occupée que les autres directeurs. Vous savez, mes dossiers ne sont pas aussi exigeants que ceux des autres directeurs. Ce fut l'hypothèse. Et puis je fus réprimandée lorsque j'ai tenté de l'exprimer. Comportement douteux. Voici la partie difficile, et je sais que ce n'est pas très clair. Je crois que cela concerne parfois les normes et les pratiques invisibles. Dans notre culture organisationnelle, il y a un signal indiquant qu'il y a quelque chose qui ne va pas bien avec vous mais que personne n'ose l'expliquer. Personne ne le dit.

Stéphanie Aubourg qui s'exprime

Bon. Vous avez dit que vous vous sentiez comme si vous étiez dans une boîte et c'est pourquoi vous affirmez que personne ne l'a expliquée mais vous l'avez sentie ainsi. C'est votre perception. Comment êtes-vous sortie de la boîte? C'est ce que je veux savoir, non?

Tina Walter qui s'exprime

Bon. Je me trouve toujours dans la boîte parce qu'il y a une chose pour m'aider à sortir de la boîte quotidiennement alors que je me concentrais à devenir un très bon fonctionnaire; soit me concentrer sur mon équipe, sur livrer la marchandise, me tenir occupée - mais le problème ne disparaissait pas. Vous voyez. Donc, je réfléchis présentement sur comment j'aurai pu gérer cet incident autrement. Voici un exemple d'un de mes collègues dont je n'oublierai jamais lorsque je fais référence à "enfermer quelqu'un dans une boîte". J'étais en réunion avec un collègue dont le sujet fut la politique. À la conclusion de la rencontre, cette personne m'approcha pour me dire: « Tina, je suis très surpris que tu aies un esprit aussi développé et critique de la politique ». Autre exemple: je suis assise dans une réunion avec les autres. Je suis la seule personne Noire dans la réunion. J'ai posé une question parce qu'il existe des normes et des pratiques cachées et invisibles. Les directeurs sont censés s'exprimer, etc. J'ai respecté le fait que j'ai levé ma main pour m'exprimer. Mes excuses d'interrompre, mais il y avait quelque chose par rapport à un sujet très important qui fut le biais inconscient à cette époque. J'avais demandé quelle était la prochaine étape mais je fus ignorée. C'était une réunion regroupant une vingtaine de participants dont le SMA, le DG et des directeurs. Je fus carrément ignorée. Puis, des alliés Blancs se sont levés, se sont tournés vers moi et ont répondu à ma question, en interrompant le débriefing du SMA. Donc, tout cela pour vous dire que c'est un peu de ce que j'ai vécu à long terme. Cela demeure avec moi à ce jour. Et c'est mon message. Ce sont ces genres de comportements potentiellement négatifs, douteux. Donc, basé potentiellement sur la couleur de ma peau ou sur autre chose est néanmoins blessant et peut durer longtemps.

Stéphanie Aubourg qui s'exprime

Merci Tina. Simplement pour avoir la perspective de Christine aussi. J'aimerai savoir si elle avait des défis semblables à surmonter. Si vous avez à identifier un obstacle que vous deviez surmonter, veuillez SVP le décrire et comment l'avez-vous surmonté. Christine.

Christine McDowell qui s'exprime

Oui, Stephanie, Je crois que beaucoup fut déjà exprimé par rapport à ma perspective. Je dirai que je fus bien appuyée tôt dans ma carrière, au niveau d'agent de prestation des services. Encore une fois, en raison du fait que j'ai débuté en tant qu'étudiante, les gens qui me connaissaient, ils étaient habitués de travailler avec moi et ils savaient de quoi j'étais capable. Lorsque j'ai commencé à affronter des obstacles, j'ai transitionné d'un rôle de prestation de services à celui de leadership. C'était la clé pour moi. Je dirai que c'était un début mais c'était là que ce fut évident pour moi. Je l'ai cru. Tacite mais c'était possible que je n'avais pas ce qu'il fallait. Par conséquent, vous savez, de ma perspective, comme Benoit l'a mentionné. J'ai toujours travaillé fort pour me faire valoir. Ce n'était pas suffisant de me qualifier à un concours de sélection. J'ai lu tous les documents que je pouvais trouver. Je connaissais des choses telles que le discours du trône. Vous savez, les documents dans leur intégralité que j'assimilais et que je pouvais utiliser pour établir des liens, et ainsi de suite. Je me réfère aux méthodes de sélection utilisées par les processus de sélection avant 2005 auxquelles Roxane a mentionnées. Je voulais m'assurer qu'il n'y avait aucun doute que je possédais les compétences et la capacité pour connaître du succès dans ce rôle et, en même temps, je cherchais toujours à poursuivre un but au lieu d'un poste ou un titre. Où puis-je faire une différence? Où se situe le travail dont je convoite par rapport à mes valeurs et avec ce que je peux contribuer parce que je sais que j'ai de quoi offrir. J'ai visité l'ancienne Lieutenante- Gouverneure Francis il y a quelques semaines. Elle s'est exprimée sur un fonctionnaire gérant son rôle de fonctionnaire mais également du feu sacré que vous devez avoir pour faire une contribution à l'avancement d'une cause en particulier. Dans ce cas-ci, l'avancement des Noirs et la gestion de votre travail en tant que fonctionnaire. Je m'efforce toujours de chercher un but et non pas un poste – ce qui peut être un défi. Vous savez qu'il en existe. Euh, vous savez, si vous êtes souvent la seule personne engagée à la table. Sauf l'expérience que j'avais eue avec Benoit et Roxane au sein de la même direction il y a quelques mois. Nous pouvons avoir peur. Qu'est-ce que cela signifie pour mon emploi? Qu'est-ce que cela veut dire pour mes aspirations de carrière .Cela peut être frustrant. Quel est le poids du jugement des autres sur moi? Donc, pour le contrebalancer? Tel que mentionné lors de mes premiers commentaires, les relations sont critiques au succès. Il y a une grande valeur lorsque vous bâtissez un capital social autour de vous, à l'aide d'alliés, d'un réseau solide composé de collègues partageant les mêmes idées avec lesquels vous pouvez échanger des idées. En somme, des discussions professionnelles et parfois personnelles que vous devrez entretenir avec des gens qui recherchent uniquement de l'amitié. Elles sont très puissantes. Le réseautage est puissant. Offrez de faire du mentorat et en faire sa promotion pour être être bien connu, visible. Benoît y a fait reference. Cela m'a profondément touchée en tant que membre de la communauté Noire puisque Dieu et les parents jouent un très grand rôle dans notre cheminement. Pour moi, c'était une expression formidable et je m'arrêterai ici. Ils reviendront certainement avec d'autres questions, Stephanie, mais j'ai d'autres points à ajouter lorsque j'aurai l'opportunité.

Stéphanie Aubourg qui s'exprime

OK, bien, ce que j'entends de tout le monde par rapport à cette question c'est le concept de "d'alliés". Donc, en somme, chacun de vous avait quelqu'un ou un groupe de soutien.  C'est un aspect qui vous permet de surmonter vos obstacles. Nous avons travaillé ensemble. C'est ce que j'entends. Ce fut ardu. Travailler plus fort que la plupart des gens, bien sûr, mais il y avait quelqu'un pour répondre ou pour écouter et le travail en équipe est ce que je retiens de vous.

Um? Je voulais simplement faire un petit rappel avant que nous avancions trop loin dans la discussion.
Nous aurons une période de questions et réponses suivant la fin de la discussion. Veuillez SVP employer le clavardage dans lien Webdiffusion afin de soumettre vos questions.

Um, OK jusqu'à présent? Avec la discussion d'aujourd'hui, une autre question importante apparaît. J'aimerais que vous discutiez d'un moment clé de votre carrière qui a fait en sorte que vous êtes ici aujourd'hui. Quels sont les avantages de la sagesse que vous souhaitez partager avec les participants? Aujourd'hui, qu'est-ce que nous avons besoin de savoir? Je vais commencer avec Benoît. Donc, si vous pouvez me dire votre moment déterminant, la leçon et votre conseil s'il-vous-plaît.

Benoît Lymburner qui s'exprime

Excellent Merci Stéphanie . En faite, une multitude... Donc de nombreux moments qui font qui je suis maintenant et où je suis maintenant Ça part de la famille, la cellule familiale en Afrique en développement international. Christine parlait des godfather and godparents. Des parrains et marraines qui m'ont invité une année pour habiter chez eux en Allemagne pour me donner la langue allemande comme héritage et ce qui m'a propulsé aussi au niveau de ma carrière J'ai accepté des postes à l'étranger. Trois assignations à l'étranger Alors que j'étais en cellule familiale, j'étais en famille Les enfants et conjoints et ils ne m'accompagnaient pas. C'était pour ma carrière Chaque Week-end on se voyait d'une façon ou d'une autre donc c'était beaucoup de sacrifices, mais c'est pour mon épanouissement   et l'épanouissement je l'espère au sein de la famille J'ai travaillé aussi... j'ai fait des choix professionnels. ll m'est arrivé je dirais au moins deux ou trois occasions. Je dirai peut-être deux Où j'ai accepté une baisse considérable de salaire Donc, des fois il faut accepter de....  Prendre du recul. Donc dire finalement je veux me recentrer pour mieux rebondir. Donc il m'est arrivé dans ma carrière en fait après cinq/six ans de faire une baisse de salaire importante Quand je suis partie du secteur privé au publique c'est un exemple. Parce que je voulais suivre un peu maintenant, j'étais rendu autre part, d'autres intérêts. Parfois je revenais de l'étranger et j'ai choisi d'habiter en région. Je suis allé vivre au Bas-Saint-Laurent Donc, Rimouski. Alors qu'on m'offrait un poste à Londres, Angleterre. Alors, des fois il y a des choix comme ça qu'on fait qui sont parfois conscients Parfois inconscients mais je pense que c'est Christine ou je ne sais pas Qui disait, il faut être vrai dans ce qu'on ressent il faut trouver sa décision et il faut... donc moi j'ai choisi d'aller , en 2014, à Rimouski , donc qui n'était pas glamour Et c'est là que j'ai appris le développement économique régional mais aussi c'est là que j'ai accéder à un poste de Directeur Général pour emploi Québec/Service Québec Veut pas, c'est le lien directe avec le poste que j'ai ensuite  occupé, après quelques postes, à Service Canada comme Directeur Général services aux citoyens Donc, c'est certain que j'apprends. Pour c'est important d'être ouvert, d'accepter d'être polyvalent, de se déplacer Pour moi c'est super important d'accepter par fois de s'arrêter et de parfois de reculer un peu je pense qu'il faut l'accepter aussi si on veut mieux s'écouter. On parlait aussi d'un réseau formel ou informel. C'est important de le cultiver pour être bien dans le travail et sa vie personnel Mais aussi ça peut certainement nous aider à rayonner dans notre vie professionnelle. Il faut rester passionné, enthousiaste. Si on n'a pas la flamme. Si nous n'êtes pas assez passionné, on ne va pas bien ressortir. En tout cas, moi je ne serais pas à l'aise Je suis toujours content et une des choses qui me passionne le plus c'est l'impact que mon équipe a, mais aussi les gens qui m'entourent ma garde rapprochée, mes conseillés, mes directeurs Et toujours dans ma carrière, c'est ce qui fait que je suis content d'aller au travail alors moi, c'est un peu tout ça qui fait qui je suis maintenant et donc j'espère que  mes leçons apprises et ce sont les leçons que je partage très humblement avec vous cet après-midi.

Stéphanie Aubourg qui s'exprime

Parfait merci Benoit, Christine. Permettez-moi de vous revenir car vous avez quelque chose que vous souhaitez ajouter aussi. Mais en même temps, je vous pose la même question en lien avec votre carrière. Avez-vous des conseils à nous prodiguer par rapport à cet enjeu? Quel fut le moment charnière de votre carrière et qu'avez-vous à nous dire à ce sujet?

Christine McDowell qui s'exprime

Merci de revenir à moi. Stephanie. Quand Benoit l'a mentionné, pour moi, c'était pour adopter une vision de long terme de ma carrière. Toutes les actions pour l'avancement de la carrière ne doivent pas être vers le haut. Parfois, c'est un mouvement latéral mais c'était OK en raison de ce que cela signifie pour moi aujourd'hui. Accepter à un poste d'ATM malgré le fait que j'ai comblé tous les postes de DG, et vous savez, me semblait confortable d'une perspective opérationnelle. J'aspirais à un haut degré de crédibilité car j'ai travaillé avec les opérations et je pouvais m'exprimer aux opérations régionales. J'étais en mesure de me concentrer pour transformer cela au prochain niveau. Donc, si nous empruntons une vision de court terme genre saveur du mois, qui ne change pas, celle-ci dure comme notre discussion d'aujourd'hui. Je crois que nous devions reconnaître ce dont nous discutons durant le changement. Vous savez, peut-être Trans nous transmet le momentum du moment, mais nous avons besoin de réfléchir davantage à propos du type de changement qui durera. Pour moi, je l'ai déjà mentionné, c'est le mentorat. Il y a deux programmes de leadership en particulier auxquels j'ai participé : Pivot, pivot. L'un fut très similaire à ce que Tina avait mentionné lors du programme de formation en gestion mais ce fut conçu à partir d'un programme de formation en gestion de l'Atlantique. C'était accès spécifiquement pour l'équité à l'époque. Donc, nous avons eu des participants Noirs. Je crois que nous avons aussi un participant autochtone, des personnes ayant des handicaps. Mais encore une fois, ce fut une initiative clé conçue pour accroître la représentation en particulier en Nouvelle-Écosse. En fait, la population des Noirs en Nouvelle-Écosse existe depuis des centaines d'années mais lorsque j'observe notre équipe de leadership, les Noirs ne furent pas suffisamment représentés. Certainement, des communautés que nous desservions, il y avait une décision intentionnelle et stratégique prise par les gestionnaires ou par la gestion de nous déplacer à cet endroit. Donc, ce fut très opportuniste. L'opportunité est venue sous forme du développement de leadership au niveau de la haute gestion. Donc, je me suis lancée tête première. L'avantage de cette opportunité était de développer les réseaux mais également à prendre part à la formation de langue seconde. Pour ceux d'entre vous qui aspirent devenir des leaders au niveau exécutif, c'est très important et le plus tôt que vous aviez l'opportunité de faire ceci, meilleurs sont vos chances car c'est une compétence requise.  Je suis très fière de notre fonction publique en raison de cela. La seule chose que j'ajouterai en relation avec ce sujet c'est d'aborder le travail de nouveau. Vous savez qu'il y a un sentiment. De plus, j'ai discuté un peu à propos de ceci la semaine passée et vous y avez fait référence ici. Se sentir comme si nous devions surcompenser ou travailler plus fort ou démontrer que, en littérature, ils s'y réfèrent, comme vous le savez, un genre de taxe Noire de sorte que nous devions travailler plus fort et ainsi de suite. C'est sûr que je l'ai ressentie mais... Vous avez gagné tant en accomplissant ceci. Vous savez que vous êtes intéressé à la fonction publique, le travail que nous effectuons, le travail que le Ministère effectue, non seulement celui de la région. Donc, pour moi, vous savez, alors qu'au début, je devais prouver que j'avais ma place à la table. Cela m'a bien servi afin de bien comprendre l'organisation. Et ensuite, vous savez. Définitivement comme l'a mentionnée Roxane. Peut-être, j'ai coché une case. Peut-être, je fus un collant quelque part sur le document de quelqu'un mais en même temps, j'aimerai croire que j'ai amené de nombreux talents et de compétences à la table et que j'ai profité de ces opportunités. Ces moments charnières, ces formations de leadership, de langue française, pour cadres, pour le canaliser toujours dans mon travail pour le bénéfice de l'organisation, mais aussi pour le mien. À ceux qui s'amènent après moi: lorsque nous gravissons, nous devons nous rappeler de paver le chemin pour les autres et les amener avec nous.

Stéphanie Aubourg qui s'exprime

Merci, merci Christine. Ce que je retiens de toi, c'est que nous devons avoir la passion dans ce que nous entreprenons afin de nous donner le courage pour continuer d'avancer et de travailler avec acharnement. À partir de ce que vous dites. Et c'est ce que j'ai retenu de Benoit aussi. Roxane, qu'est-ce que vous en pensez? Quel fut le moment charnière? Qu'est-ce que vous aviez à dire aux participants aujourd'hui à cet égard?

Roxane Lee qui s'exprime

Oui, merci. Mes collègues et moi avons participé à d'autres événements du panel. Ce qui ressort encore c'est que nous pouvons avoir des histoires différentes mais les expériences sont semblables et vous savez, au risque de me répéter, comme mes collègues, j'ai toujours adopté la vision à long terme. J'ai vu et je continue de voir ma carrière en tant que marathon. Ce n'est pas un sprint. Donc, j'ai pris des décisions qui furent toujours vraies pour moi, et c'est quelque chose que j'y tenais avec conviction. Donc, je suis une mère, je suis une conjointe, je suis une sœur, et je suis un fonctionnaire. Je suis Noire. Je suis toutes ces choses et en étant cela, j'ai toujours essayé de prendre des décisions qui m'appuyaient. En examinant ces mutations latérales, j'ai refusé de nombreuses opportunités de promotion en raison du fait que je devais mettre fin à mon congé de maternité et ne plus être avec mon enfant. Je n'étais pas préparée à faire un tel sacrifice car, encore une fois, à long terme, je croyais que d'autres opportunités se présenteraient. J'ai également refusé des opportunités provenant de dirigeants auxquels je ne me croyais pas compatible. Je veux travailler pour des personnes dont je crois me soutiendront, où mes supporteurs sont mes alliés. Je fus très chanceuse d'accomplir cela. Mais tout au long de mon parcours, j'ai dû rejeter poliment certaines offres. Par ailleurs, lors d'une instance, je me souviens du directeur qui m'informait, vous savez, que personne n'allait me choisir de ce bassin car je suis la dernière candidate. J'ai pensé que c'est exactement la raison expliquant pourquoi je ne travaillerai pas pour lui.  Et bien sûr, j'ai reçu un appel provenant d'un autre directeur dont j'admirais beaucoup qui est devenu un mentor informel. Elle m'a offert un poste de gestionnaire. Et j'affirmerai que c'est probablement l'une des raisons principales expliquant pourquoi je suis assise dans ce fauteuil aujourd'hui. C'est à cause d'elle et de cette décision que j'ai prise. J'aime savoir pourquoi et c'est Christine qui a mentionné aussi de trouver un réseau de mentors. Je crois que c'est fondamental et je pense que j'ai bénéficié énormément du soutien de mentors sur place. J'emploie le mot mentors. Cela ne doit pas être nécessairement une seule personne. Il y a des gens que j'aime imiter en raison de leur style de leadership par rapport à comment ils gèrent les employés. Il existe d'autres personnes, telles que mentionnées par Christine, que j'admire pour leur capacité à assimiler beaucoup d'information puis la transmettre de manière cohérente. Et j'ai essayé de me lier avec ces gens afin d'apprendre sur eux, prendre ces atouts et les intégrer à mon style de leadership. Et la dernière chose que je souhaite vous dire, c'est de créer vos propres opportunités, et je crois que nous y avions tous fait référence. Encore une fois, ce n'est pas simplement une opportunité de promotion. Considérez ces mutations latérales lorsque vous travaillez avec des personnes dont vous croyez que vous pourrez en tirer bénéfice ou s'il y a du travail auquel vous avez eu le privilège de connaître dont les finances, la prestation de programmes, nos services d'intégrité. Christine l'avait mentionné. Donc, j'aimerai lui attribuer une grande partie des succès que j'ai pu avoir. Est-ce qu'effectuer ces mutations me comble personnellement puis de les voir ensuite se traduire favorablement pour ma carrière? Et je crois Aissatou. Je désire réellement la féliciter pour sa persévérance démontrée lors de l'organisation de cet événement car ce qu'elle a accompli, incarne intégralement, je pense, ce dont nous discutons, soit la création de cet événement pour nous. Et nous sommes ici à cause d'elle. Donc, vous savez, en racontant nos histoires en tant que cadres, ce fut fantastique d'entendre quelqu'un appartenant au niveau d'entrée qui est actuellement vivant. Ce que nous avons décrit, donc je veux simplement féliciter Aissatou. Encore une fois, merci d'avoir modéré la séance – très appréciée.

Stéphanie Aubourg qui s'exprime

Merci Roxane. OK, donc Tina seulement. Brièvement en quelques mots. Quel fut votre moment charnière et quels conseils prodiguerez-vous? Rapidement, si vous pouvez ajouter quelque chose.

Tina Walter qui s'exprime

OK, premièrement, après avoir entendu tous les panélistes dont vous-même, je songe à sortir de la retraite et travailler pour vous tous. Merci. Revenez-nous. Je ne souhaite pas répéter tout ce que j'ai dit car tout le monde ici peut me comprendre à 110%. Sans aucun doute. Avec le mentorat, il y a la relation. La perspective à long terme, diversifier votre carrière, vous sortir de la zone de confort, de votre Ministère, secteurs autour de vous. D'être capable de parler dans les deux langues officielles, c'est vraiment très important, et c'est important de commencer maintenant, maintenant. J'avais seulement deux points. L'un, c'est la réflexion. Je crois que c'est très important pour soi, d'être soi, d'être conscient de soi. C'est ce que j'ai appris en sortant; être conscient de soi. Quel genre de fonctionnaire public désirez-vous être? D'autres l'ont abordé mais quels sont vos principaux points? Et quelles sont vos forces et vos faiblesses? Je pense à ces trois aspects tout le temps. C'est davantage la réflexion sur soi. C'est davantage capiteux. Mais la connaissance de soi jumelée à la sécurité psychologique, je crois que c'est très important de créer un espace sécuritaire mais il n'incombe pas seulement aux employés Noirs de créer des espaces psychologiques sécuritaires mais aussi la responsabilité de tous les employés. Si vous combinez la connaissance de soi et la sécurité psychologique et si vous pouvez agir avec authenticité au travail sans crainte de représailles, les gens vous apprécieront encore davantage au lieu de ce qui se passe actuellement au travail (i.e. vous n'agissez pas toujours avec authenticité). Vous serez assimilés dans des pièces et des pratiques invisibles qui reflètent souvent un étalon-or convenu par tout le monde auquel tous doivent y adhérer. Je vais saisir cette opportunité pour mentionner que le sondage d'EDSC s'en vient prochainement chez vous. Cet étalon-or est souvent imposé par les hommes Blancs, hétérosexuels et capables. Ce n'est pas leur pointer du doigt car ce n'est pas ce que je suis en train de faire. Je ne joue pas au jeu du blâme mais si nous voulons réellement avancer pour enterrer la discrimination systémique et le racisme de notre culture, nous devons être assez courageux pour creuser profondément. Réfléchissez beaucoup. Oui, soyez inconfortable mais c'est correct car l'inconfort devient agréable. Vous savez comment les athlètes disent pas de douleur à court terme, pas de gains à long terme? Je m'arrêterai. Permettez-moi de vous fournir un bref exemple:  Denise Amyot avant qu'elle ne quitte son poste de SMA. Très compétente. On lui avait dit qu'elle ne deviendra jamais sous-ministre parce qu'elle était trop émotive.

Stéphanie Aubourg qui s'exprime

Bien, merci de partager cela avec nous, Tina. Nous nous approchons de la période Q&R. Donc, merci aux panélistes. Merci d'avoir pris part à cette discussion formidable. Les enjeux partagés par le panel proviennent de leurs expériences personnelles. Ceux-ci nous ont fourni un véritable aperçu de la réalité des employés Noirs de même que les possibilités pour aller de l'avant dans chacun de nos parcours de carrière. Une chose est certaine: le parcours menant au succès en est un où l'on n'abandonne jamais et auquel l'organisation continue de croire en nous. Merci à vous tous d'avoir pris le premier pas dans la bonne direction.
Nous devons retenir qu'il a de l'espace pour nous tous dans l'organisation autant d'espace que l'on veut prendre. Nos panelistes en sont la preuve. Donc continuer de foncer vers ce que vous désirez et méritez. Il y a plus qu'un chemin qui mène à Rome et plus qu'une porte qui mène vers le succès. Merci tout le monde de votre présence et merci Aissatou de m'avoir tendu la main lorsque tu as vu un chemin qui menait vers le succès Donc c'est grandement apprécié and
J'aimerai remercier nos panélistes extraordinaires dont Christine McDowell, Benoît Lymburner Tina Walter et Roxane Lee d'avoir partagé leurs histoires personnelles avec nous. J'espère que cette discussion fut aussi enrichissante pour vous que celle-ci fut pour moi-même. Étant une employée occupant un poste de niveau d'entrée, je me sens réellement inspirée. Je peux affirmer que je suis prête à changer de vitesses à partir d'aujourd'hui. Laissez-moi donner le microphone à Aissatou maintenant avant que nous clôturons cet événement. Merci.
Aissatou, C'est à toi !

Aissatou Keita qui s'exprime

Merci à tous les panelistes, Tina Walter, Christine McDowell, Roxane Lee et Benoît Lymburner et notre facilitatrice Stéphanie Aubourg pour cette belle discussion.   Sans plus tarder, Nous allons passer à la période de Question et Réponse.

Nous accepterons quelques questions provenant des participants via le clavardage en ligne. Si votre question s'adresse à un panéliste en particulier, veuillez SVP vous assurer de préciser la personne. Beaucoup de questions. Donc, je ferai de mon mieux. La première question s'adresse à Roxane. Roxane, vous avez discuté des microagressions en milieu de travail. Pouvez-vous ou un des panélistes nous donner un exemple de microagressions et l'impact qu'ils ont eu sur vous et sur votre carrière? À vous, Roxane. 

Roxane Lee qui s'exprime

 Merci Aissatou! Vous savez que c'est intéressant car c'est un langage que je peux attribuer aux incidents que j'ai vécus. Et ce sont ces commentaires qui sont vieux. Tel que mentionné plus tôt, vous êtes Noire et vous êtes une femme, alors vous réussirez et vous réfléchissez à vous-même que c'est un compliment empoisonné. Je viens des Caraïbes, Saint Vincent et des Grenadines. Nous parlons forts. Nous sommes des personnes passionnées qui se servent de nos mains. Je fus avisée tôt dans ma carrière de ne pas être trop expressive. J'étais assise dans une réunion, j'avais les mains croisées. L'on m'avait dit que j'avais l'air fâchée. Je n'ai pas l'air abordable. Ces genres de choses. Encore, en tant que jeune fonctionnaire, cela crée une impression sur vous, et surtout lorsque cela provient de cadres supérieurs. De plus, résidant en CB, je n'avais pas de réseau de collègues avec qui je pouvais discuter. Ce fut très, très difficile. Donc, Aissatou quel était la seconde partie de la question que vous avez posée par rapport aux microagressions? J'étais si fascinée par la première partie que j'avais oublié...

Aissatou Keita qui s'exprime

Non, c'est bien. En somme, c'est que la participante voulait connaître l'impact que les microagressions avaient sur vous et sur votre carrière.

Roxane Lee qui s'exprime

Oui, alors comme je l'ai mentionné plus tôt, l'impact c'est que j'avais le sentiment que j'aurais dû dire quelque chose mais je me suis retenue puisque je ne savais pas quoi dire. Depuis, j'ai grandi alors que je suis plus confortable avec la personne que je suis en tant que femme Noire. En tant que fonctionnaire, j'ai en fait abordé le fait que j'ai eu des collègues présents sur des comités de minorités visibles qui ont émis des commentaires à l'effet que je fus la meilleure parmi tous les autres membres. J'avais un collègue qui croyait qu'il faisait un commentaire constructif lorsqu'il avait dit: " Tant pis, Dieu merci que vous n'êtes pas apparue comme cela, vous, importée, parce que nous n'avons pas eu beaucoup de succès avec ce comité VisMin. Le fait qu'il fut à l'aise de me dire cela... Et à ce moment-là, j'ai pu l'aborder directement, que je fus en mesure d'en parler avec lui. J'ai affirmé que tôt dans ma carrière, du temps fut nécessaire pour trouver cette voix en ce qui a trait à l'impact sur ma carrière. Je souhaite être cet exemple. Je désire être cette personne. Tel que mentionné plus tôt dans mes commentaires, j'espère que d'autres Ministères vous observeront. Hé, si vous avez de l'intérêt à vous asseoir à cette table, vous pouvez être là aussi. Vous n'êtes pas obligé d'accepter toutes les promotions. Vous n'êtes pas obligé de déménager à Timbuktu puis d'y revenir. J'ai vécu durant toute ma vie à Vancouver et l'on m'avait répété encore et encore que je devais aller vivre au Yukon. Tu devrais aller à Ottawa. Vous allez devoir accomplir toutes ces choses. J'ai pris des décisions qui ont rapporté pour moi. C'est l'impact que certaines de ces microaggressions m'ont inculqué afin de prendre les décisions qui seront les bonnes pour moi et pour ma famille à la fin de la journée. Si cela signifiait être ici, je le serai.

Aissatou Keita qui s'exprime

C'est une réponse extraordinaire. Je ne sais pas si les participants sont inspirés. Je vous comprends très bien. Il y a une connexion entre nous. Je suis très émue par ce que vous veniez de dire. Je tremble un peu. Donc, merci beaucoup. Nous allons à la prochaine question rapidement car nous avons de nombreuses questions. Donc, c'est une question destinée à tous les panélistes. Les statistiques démontrent que les minorités visibles occupent souvent des postes de niveau d'entrée et n'ont pas accès aux rôles de leadership malgré leurs compétences, leur éducation et leurs talents. Qu'est-ce qui cause ceci? Et comment peut-on aborder cet enjeu selon vous? Je pourrai commencer avec Christine.

Christine McDowell qui s'exprime

Merci Aissatou. Pour moi, je me suis référée à celui-ci lors de mes commentaires aux questions précédentes. Nous devons délibérer. Nous avons besoin de prendre action et celle-ci doit être stratégique alors que nous avons ces écarts et vous savez que c'est en lien avec le leadership. Vous savez que je peux m'en souvenir et je l'ai partagé avec notre groupe de direction la semaine passée. Vous reconnaissez que plaider pour l'équité en matière d'emploi au niveau du leadership  est remise en question. Or, nous avons besoin de données supplémentaires et davantage de données ciblées. Nous requérons plus d'information. C'est ma réponse pour employer l'expression de Tina. Si vous êtes béni d'une vision et que vous pouvez, tout comme moi, monter sur scène, prêt à vous exprimer à un groupe de 200 leaders de l'Atlantique alors qu'aucun de ces visages ne ressemblaient au vôtre, je n'ai pas besoin de données supplémentaires à celles-ci. Pour moi, c'est la réponse que nous avons. Les outils RH à notre disposition auxquels nous puissions en tirer parti pour combler quelques-uns de ces écarts. Et il faut être courageux pour prendre les bonnes décisions pour les bonnes raisons. L'autre aspect est à titre d'argument. Bien, nous pouvons seulement promouvoir des gens qui sont compétents. Vous ne désirez pas promouvoir des personnes au-delà de leurs compétences – c'est ça ma lutte. Pourquoi est-il que lorsque j'aborde le sujet de l'équité en matière d'emploi et de leadership que celui-ci suscite beaucoup de passions? Mais nous ne pouvons pas promouvoir des gens qui n'ont pas les compétences requises. Selon moi, nous ne nous référons pas à la promotion de personnes incompétentes mais plutôt l'embauche de personnes qualifiées appartenant aux groupes en matière d'équité à l'emploi. Dans ce cas-ci, les personnes Noires, et les soutenir dans leurs aspirations de leadership.

Aissatou Keita qui s'exprime

Merci beaucoup pour cette réponse, Christine. C'est complet. Brièvement, je vais aller à une autre question et cette question est pour M. Benoît. Est-ce que vous croyez que votre carrière ... que votre parcours de carrière ressemble à ce que vous avez envisagé lorsque vous avez terminé l'école? Ou est-ce que ce ne fut pas un parcours linéaire?  À vous Benoît.

Benoît Lymburner qui s'exprime

Excellent! Merci. Écoutez, je crois que c'est similaire à ce que j'envisageais, mais on évolue, on change et tout à l'heure je pensais à garder l'enthousiasme, la passion, la flamme Roxane le mentionnait notre vie, des fois, de la famille, les enfants, notre contexte évolue. Alors pour moi, est-ce que... mon objectif était d'être heureux au travail de faire la différence, être bien entouré et je crois... Je suis certain de le réaliser maintenant et je travaille quand même on the long run, c'est certain que je vais vouloir aussi avoir encore plus d'influence et on va voir comment le chemin qui me mènera à ce niveau là... ahah! Plus tard... À Suivre ! Merci pour la question.  

Aissatou Keita qui s'exprime

Merci énormément pour la réponse Benoît. J'adore! Même moi je suis inspiré.
J'ai une autre question et celle-ci est pour Tina. Tina, quelle est la manière la plus efficace d'aborder une discussion concernant l'intérêt pour des rôles plus exigeants avec son supérieur sans donner l'impression que l'on est malheureux?

Tina Walter qui s'exprime

C'est une question significative. Je vous en remercie. Vous savez, je faisais du mentorat en même temps que j'effectuais du mentorat bénévolement particulièrement pour des jeunes femmes Noires et aussi de foi islamique. Et en fait, cette question fut soulevée à de nombreuses reprises par rapport à une seule personne. Elle a mentionné ceci afin que nous sachions comment aborder ce genre d'enjeu. Je ne pense pas que cela soit trop difficile si l'on considère la perspective de l'authenticité. Soyez authentique, connaissez vous-même, apprenez-en au préalable. OK, pourquoi est-ce que je souhaite un changement? Premièrement, pour quelle raison? Si cela pourrait être? Si vous êtes satisfait dans votre poste actuel mais désirez accroître vos responsabilités, vous souhaitez en apprendre sur d'autres champs d'expertise au sein de la même unité de travail, vraisemblablement avec le même gestionnaire. Ou ailleurs. Ce n'est pas inhabituel au sein du gouvernement, ou à EDSC, par exemple, où l'on encourage des micro missions? Parce qu'ils croient que d'offrir des opportunités aux employés pour se développer latéralement, non pas nécessairement pour la promotion, mais plutôt pour accroître leurs opportunités de travail dans un autre secteur. Actuellement pourrait être une situation "gagnant-gagnant" pour l'organisation. Donc, je pense que vous connaissez comment aborder la discussion avec votre gestionnaire, soit à l'aide d'une approche authentique et bienveillante mais tout en gardant à l'esprit que c'est aussi à la grandeur du Ministère. Une activité qui est encouragée.

Aissatou Keita qui s'exprime

Exactement Tina, vous avez tout dit. C'est la première étape et celle-ci est significative. Je vais simplement m'arrêter ici parce que le temps passe vite. Je ne peux pas croire que c'est presque la fin. OK, il ne faut devenir trop émotive, tout ira bien. Nous avons beaucoup de personnes présentes qui nous ont envoyé des remerciements. OK, ils veulent remercier les panélistes. Merci à toute l'organisation. En somme, quelqu'un désire exprimer quelque chose de précis. Ils ont dit: Merci beaucoup pour cette discussion je me sens super inspiré par le témoignage de tous les panelistes Je suis plutôt réservé de nature, mais je suis maintenant encore plus motivé pour avancer dans ma carrière en tant que femme noire. Encore une fois merci !  Plutôt ça. Je crois que quelqu'un présent en tant que femme Noire se sent encouragée. Elle désire aller de l'avant dans sa carrière et cette discussion lui fut très bénéfique. Elle est motivée. Merci à cette personne. Je suis heureuse de réunir tout le monde ensemble ici et de créer un sentiment de bonheur parmi vous. De plus, je souhaite ajouter un point particulièrement pour Tina. Vous avez affirmé que micro mission est une situation où tout le monde gagne. Je crois que Christine s'est référée à une mutation latérale et c'est ce qui s'est produit. C'est ma réalité. Je suis en train d'effectuer une micro mission. Je suis en train d'effectuer une affectation. Donc, avoir des mouvements latéraux aidera à faire avancer l'organisation et nous aidera à aller de l'avant en effectuant des changements à l'aide d'étapes concrètes. Donc, je crois en ceci et je vous remercie de rappeler ce point aux participants.
So tout ce bel évènement tire à sa fin! J'espère que les participants qui nous écoutent aujourd'hui ont énormément appris. Au nom d'Emploi et Développement social Canada, je tiens à remercier tous les panélistes d'avoir pris le temps d'être avec nous   et d'avoir partagé leur histoire.  Ce fut un honneur de vous avoir eu tous parmi nous aujourd'hui. Aux participants, nous vous remercions également d'avoir participé à l'événement enrichissant de partage d'enseignement et nous espérons que vous repartirez avec une plus grande compréhension et un engagement plus profond pour lutter   pour l'égalité ainsi que plus d'outils pour avancer dans votre cheminement. L'objectif aujourd'hui est de sensibiliser à une meilleure inclusion mais aussi à fournir une opportunité d'apprendre de nos leaders Noirs et à soutenir nos collègues Noirs dans leur carrière - L'avancement au sein d'EDSC. J'ai espoir que nous avons accompli ceci aujourd'hui.  Aux employés Noirs: Peu importe où vous êtes sur votre parcours de soins personnels, rappelez-vous qu'il y a une place pour vous au sein de cette organisation – autant de place que vous souhaitez occuper. Nos panélistes en sont la preuve. J'en suis la preuve. Toujours appuyer sur « Avancer » pour ce que vous désirez et méritez. Il existe plus d'un chemin menant à Rome. Essayez plus d'une porte pour connaître du succès - Pour ceux qui continuent de cogner. Merci à nos alliés et futurs alliés présents avec nous aujourd'hui. J'espère que vous avez appris de notre expérience vécue. Et vous continuerez de vous tenir avec nous pour l'égalité des chances en milieu de travail. Nous encourageons chacun parmi vous de continuer d'apprendre sur les réalités des personnes Noires au Canada et des employés Noirs. Mes excuses: en milieu de travail et continuez de vous sensibiliser au racisme systémique lorsque vous l'observerez. Exprimez-vous! Les employés Noirs se souviennent. Et rappelez-vous de qui vous êtes et non pas qui le monde vous dit que vous êtes. Vous avez beaucoup à offrir et vous comptez.

Merci à vous et passez une très belle fin de journée. Merci !

En vedette

Appli mobile « La réconciliation : un point de départ »

Téléchargez l'appli « La réconciliation : un point de départ » pour accéder à une mine d'informations sur les peuples autochtones du Canada, des événements historiques et la réconciliation.

Série d'apprentissage contre le racisme

La Série d'apprentissage contre le racisme donne accès à des outils de travail, des cours, des ateliers et des événements portant sur des sujets tels que le racisme envers les Noirs, les préjugés inconscients, les données désagrégées, la santé mentale et les défis rencontrés par les minorités visibles dans la fonction publique.

Ce site web est continuellement mis à jour en fonction de vos commentaires.

Dites-nous ce que vous en pensez.
Sur quelle plateforme porte votre commentaire? (obligatoire)
Date de modification :